All Good

Avatar RIPITUP | mai 12, 2020

Vincent Duvignac, profession chargeur

“Le but est d’être en accord avec l’environnement qu’on aime et les vagues qu’on a dans notre jardin, selon les saisons, pour nourrir notre passion avec les meilleurs ingrédients.

Je suis chanceux que toutes ces blessures aient été provoquées par le surf . Il n’est pas évident psychologiquement de reprendre confiance dans les mouvements, surtout quand les lésions et les années s’accumulent, mais l’amour pour les vagues est toujours le plus fort.

Les contraintes physiques dépendent de l’engagement qu’on veut mettre dans notre pratique, et le jeu consiste à connaître ses limites et ainsi anticiper la chute.

Ce clip énumère les blessures rencontrées ces dernières années. La plus récente étant un disque intervertébral écrasé au niveau des cervicales, provocant de l’arthrose qui bouche et écrase la sortie d’un nerf. La conséquence est une névralgie sur le haut du dos, l’épaule et le bras gauche que je dois maintenant gérer. Ce n’est en fait pas seulement une ou deux chutes, mais l’ensemble des chutes depuis longtemps, et la posture de rame n’aide pas dans le traitement !

Mais ce que je retiens, ce sont ces moments latents remplis d’enseignements qui me replacent dans la réalité, puisque le surf, en plus d’être vital pour nos équilibres, est un échappatoire qui nous emporte dans une liberté extrême, que finalement peu d’âmes semblent connaître. Et encore moins reconnaître à l’heure du déconfinement…

Et si la blessure rendait le surf encore plus jouissif ?” Vincent Duvignac


6582 Vues 4.07 On 15 Ratings Notez

Commentaires

This post currently has one response.

Laissez un commentaire