JÉRÉMY FLORÈS, MET UNE TERME À SA CARRIÈRE

Avatar RIPITUP | août 10, 2021

À 33 ans, et après quatorze saisons sur le CT, le surfeur réunionnais a décidé de tourner la page de sa carrière professionnelle à l’issue de cet exercice 2021.

JÉRÉMY FLORÈS, MET UNE TERME À SA CARRIÈRE

Jérémy Florès « passe à autre chose, un nouveau chapitre ». © ISA / Evans

Ce n’est une surprise pour personne, tant il l’avait laissé entendre ces derniers temps et plus encore depuis qu’il attend son deuxième enfant : Jérémy Florès a annoncé, ce lundi soir, via ses réseaux sociaux, l’arrêt de sa carrière professionnelle à l’issue de cette saison du CT 2021, lui qui avait déjà grandement hésité à la poursuivre il y a deux ans. Arrêt qui deviendra effectif au soir de sa dernière série au Tahiti Pro, qui aura lieu du 24 août au 3 septembre, ou lors des play off de Trestles (Californie) en septembre, même si son 25e rang mondial actuel ne va pas dans le sens d’une qualification (réservée aux cinq premiers). À partir de ce mardi, c’est au Mexique, à l’occasion du Corona Open Mexico, pénultième manche de la saison régulière, que le Réunionnais de 33 ans entamera la dernière ligne droite de sa carrière de surfeur pro.

« Je ne prends pas ma retraite, je passe à autre chose, un nouveau chapitre », préfère-t-il insister sur sa nouvelle vie d’homme qui commence plutôt que s’appesantir sur sa petite mort de sportif de haut niveau. « J’ai dédié toute ma vie à ma carrière de compétiteur. Des hauts et des bas, mais toujours à fond. Des moments inoubliables. J’ai essayé de rester vrai, le plus possible toutes ces années, des fois un peu trop même, cela a pu me jouer des tours, mais ça valait toujours le coup. Si quelqu’un m’avait dit, quand j’étais gamin, la vie que j’aurais, les succès, j’y aurais sûrement pas cru. Grâce au surf pro, je peux mener une vie plus simple et assurée pour ma famille. »

JÉRÉMY FLORÈS, MET UNE TERME À SA CARRIÈRE

Sa plus belle victoire, de son propre aveu, il l’a signée à Hossegor, en 2019. © WSL / Masurel

« Le sport de haut niveau, c’est du sérieux, poursuit-il avant de dérouler les raisons d’une décision qui prend sa source dans l’usure inévitable du compétiteur qui a débuté très tôt et l’évolution d’un homme que la paternité a bouleversé : « Il y a tellement de choses qui se passent derrière les rideaux. C’est intense, ça demande énormément d’énergie et un mode de vie très strict. Depuis que je suis devenu papa, mes priorités ont complètement changé, je veux être à 100 % présent pour ma famille. Ces dernières années, je n’ai pas mis suffisamment d’efforts dans ma préparation. Je n’avais plus cette hargne que j’ai pu avoir avant et ça ne pardonne pas contre cette nouvelle génération de surfeurs extrêmement bien préparés à tous les niveaux. J’aurai cet esprit de compétition en moi toute ma vie, donc j’avoue que même si je le montrais moins, ça me fait toujours autant chier de perdre (rire). »

Florès en profite pour remercier « toutes les personnes qui ont cru en moi toutes ces années et même celles qui n’y ont pas cru parce que c’est ça qui ma fait devenir qui je suis. […] Merci à tous mes amis avec qui j’ai passé du temps sur le tour durant ces quinze années. C’était dingue ! Je remercie Quiksilver de m’avoir donné la chance de pouvoir aller chercher mon rêve quand j’étais tout jeune, il y a 24 ans. C’était un sacré pari. Et bien sûr merci à ma famille de m’avoir supporté toutes ces années. Merci d’avoir été aussi patient avec moi. Sans vous je ne serais pas le même. Je vous aime ». Et donne déjà rendez-vous dans son autre vie : « J’ai plein de projets en tête, des surf trips à rattraper entre potes et toujours en essayant de faire passer un message positif où que j’aille. J’ai hâte de vous faire partager…

La suite de l’article :  Planète Surf


133863 Vues 4.14 On 142 Ratings Notez