Benjamin Sanchis

Ride of the year ?

La vague de Benjamin Sanchis sélectionnée pour le ride of the year  !

Nous sommes très fier de vous informer (mais vous le savez sans doute déjà) que  de la vague  de Benjamin Sanchis du 18 Novembre filmée aux Estagnots à Seignosse est sélectionnée aux « WSL Big Wave Award catégorie Ride of the Year ».

Images : Ripitup

« Pour ces grosses houles on ne sait jamais ce qui va se passer sur les beachbreak. En général, c’est assez mou et ça ferme d’un coup. Ce qui rend la barre très difficile et dangereuse à passer en jet. Mais Miky (Picon), qui était sorti avec Jérémy (Florès) sur le swell précédent celui-ci, m’avait confié que le mur était vraiment tendu et qu’ils s’étaient éclatés. En plus, pour ce swell, tout le monde était en soit disant « alerte » pour le swell de l’histoire à Nazaré. Tout le monde était au Portugal. Moi, n’ayant pas envie de faire comme tout le monde, j’ai décidé de tenter un truc à la maison avec Miky.
Le matin ce n’était pas calé et personne n’était motivé. Mais avec Miky on a vite vu que ça allait finalement le faire. Il y avait des vagues entre 5 et 6 mètres qui déroulaient sans fin, c’était hallucinant. On avait vraiment le temps de passer la barre tranquille. Comme il n’y avait personne à l’eau et que c’était bien glassy, nous avons vraiment pu attendre les bonnes vagues. C’était gros et puissant et il fallait vraiment la corde et les straps. Après quelques tentatives, j’ai vu que les vagues tubaient et qu’il y avait moyen d’aller encore plus loin. Mon but était de les surfer comme s’il n’y avait qu’1m50.
Miky étant un super pilote et connaissant bien mon matos, j’ai senti que je pouvais vraiment me lâcher. Quand cette vague est arrivée, j’ai voulu carver avec le plus de vitesse possible. Mais elle allait tellement vite c’était très dur de rester dans l’ouverture. Après le deuxième turn je suis vraiment descendu très bas pour me projeter en haut du mur. Une fois dans le tube tout était parfait. J’allais extrêmement vite et je n’arrêtais pas de passer les sections. A un moment je me suis dit, s’il te plaît, laisse moi sortir ! Puis la vague m’a laissé sortir. Je n’y croyais pas. C’est de loin ma meilleure vague en tow à Hossegor. Une journée magique. On était sur un nuage »Benjamin Sanchis